lundi 29 juillet 2013

Magasins connectés : tour du monde des initiatives les plus innovantes

© Intus-Pinkett

Puces RFID, social shopping, cabines d'essayage virtuelles, body scanners, géolocalisation indoor... Voici comment les enseignes importent en magasin les outils de l'e-commerce.

Découvrir les magasins... 

Source : Journal du Net

Voici à quoi ressemblerait les ondes Wi-Fi si l’on pouvait les voir

Le Wi-Fi nous entoure et pourtant on ne le voit pas. Que diriez-vous d’une petite simulation pour voir à quoi tout cela ressemble. C’est beau mais ca fait quand même peur… Mieux vaut ne pas être conscient que toutes ses belles ondes nous traversent la tête en permanence.
Ondes WiFi

‘Les impulsions wifi peuvent être représentées comme des sphères multicolores rayonnant à partir de leur source. Un champ ‘normal’ de connexion Wi-Fi est généralement sphérique et peut s’étendre de 65 à 100 pieds (de 20 mètres à 30 mètres, environ).’

signaux wi-fi


representation wi-fi

Illustration WiFi
Source : Vincent Abry

mercredi 24 juillet 2013

On why the biggest tech companies are built in Silicon Valley

On Friday, ContentDJ founder Jerry Tian published a blog post addressing the issue of “Why Canada Has No Big Tech Companies” – Nortel is dead and RIM is quite obviously dying, he points out. Tian, who was himself responding to an interview with Boris Wertz, founder of Vancouver’s Version One Ventures, offers a thought provoking theory and one that applies to a large degree to all up-and-coming startup ecosystems.

The founder questions the commitment and willingness of Canadian investors and entrepreneurs to devote the ten years or more that it may take to build an independent multi-billion dollar company with staying power, rather than flipping that company for an eight, nine, or even ten figure exit – typically to Silicon Valley acquirers – and exporting that future innovation and wealth building. It’s a charge that could be applied equally well to New York, Los Angeles, Chicago, Austin, Boulder, and dozens of would be international startup hubs.

“’Silicon Valley is not a place but a state of mind,” Tian writes, quoting KPCB General Partner John Doerr. “Some of these insights are collaboration, competition, openness to innovation, failures and experimentation. Probably the most important one is the long term commitment behind technology companies.”

Of course, Tian and Doerr are spot on. What emerging startup hubs often miss when trying to “become the next Silicon Valley” – a flawed mission in and of itself – is that the grandaddy startup ecosystem is more than its physical infrastructure of entrepreneurs, engineers, designers, investors, service providers, universities, and the like. Equally important are the systematic irrationality and a feedback loop around the willingness to turn down the quick buck and go for the massive once-in-a-generation success story.

This isn’t the case with every company, founder, or investor, but it exists in enough density in the San Francisco Bay Area, and based on results to a lesser extent in Seattle, that these are the only two areas areas in the country that have led to multiple ten billion dollar plus technology and internet companies – the true giants that transcend their local ecosystems and seep into the lives of average consumers.

It is these companies, with their ability to attract talent, make acquisitions, invest in long-term R&D, and create systemic wealth that make ecosystems. And with very rare exception, getting to this scale requires a decade or longer commitment and a willingness on the part of founders and investors to turn down near and mid-term paydays. Similarly, it requires a vision and an ambition  to build something that will be around forever.

Tian writes:
So, why is nobody talking about these acquisitions? I think it’s simply because investors are getting filthy rich off these deals.
And that’s exactly what not to do if you want to create the next Silicon Valley. You cannot sell the hen that lays the golden eggs for a few quick buck [sic]. Technology companies take 10 years to really manifest the value. To really build a billion dollar company, it takes tremendous multi-decade commitment. And that’s the biggest missing piece in Canada.
Like or hate Zynga founder and former CEO Mark Pincus, one has to respect him for saying that he wants to build a “digital skyscraper,” a company that would be around for 100 years. Pincus went further to say that he views serial entrepreneurship as failure and that he wants to run Zynga for the rest of his career. Ironically, he recently replaced himself as CEO, personally recruiting Don Mattrick for the role. But Pincus made the ego-busting move in an effort to return Zynga to its former glory and to get it back on that century-long track.

In his somewhat controversial on-the-ground reporting on the Chicago ecosystem last summer, Trevor Gilbert delved into “the Midwest Mentality” and the impact it has on the types of companies that are built there. Gilbert called Chicagoans “pragmatic.” Lightbank partner Paul Lee offered an example of this pragmatism, saying that Chicago startups typically focus on generating revenue from day one, rather than building a massive, but unprofitable user base, a la Facebook and Twitter pre-monetization. Profit is all well and good, and should be the ultimate goal of any business that wants to be around for the long term, but focus on it too intently early on and it can be impossible to invest in growth. It takes a special kind of vision and fortitude to look past the short term and make the big bets required to create massive companies.

This is not to pick on Chicago. A similar phenomenon seems to exist in LA where companies race out to a low nine-figure valuation and then either stall out in that vicinity or sell for sub-one billion dollars to a larger out of town acquirer. Call it the curse of the big-little deal – maybe everyone here just wants to see their name in lights. In a market that is desperate for success stories and validation, these medium-sized exits are hailed as “wins” – and they are, given the difficulty of building a hundred-million dollar company – but they often rob the ecosystem of potential multi-generational tentpole companies. This is a mentality that appears to have changed in recent years, but that change has not yet bore fruit in the form of LA’s answer to Google, Amazon, or Facebook.

New York has seen its own version of this phenomenon, with the ecosystem’s biggest success stories, DoubleClick and Tumblr, being exits to Google and Yahoo respectively. Local darling MakerBot followed suit, selling for $600 million in June. New York does have Fab, Gilt, and Foursquare all shooting for the moon but these companies and the ecosystem as a whole still must prove that they can sustain this ambition and parlay it into a giant company.

As Tian points out, part of the blame for these exits falls on investors. It’s not that investors aren’t interested in massive outcomes – they most certainly are. But not all non-Silicon Valley investors are equipped for the financial and time commitment it takes to create them. These investors, many of which operate out of first- or second-generation funds, often have smaller pools of capital to invest out of.

Write a $2 million check at a $10 million valuation out of a $100 million fund, and a 50x return looks pretty good, returning 98 percent of your fund. Make that same investment out of a $1 billion fund and the impact on fund economics is decidedly less interesting. This is one of the few arguments in favor of mega-VC funds. But it also benefits firms that are on their fourth, fifth or sixth fund and have less to gain reputation-wise with solid base hits.

Returning to Tian’s piece, he closes by writing, “If you are wondering why Canada doesn’t have the [sic] billion dollar company, it cannot be more obvious than this. Too many people are in it trying to get rich quickly off entrepreneurs. Not enough people have the gut [sic] and commitment to create or help create something truly meaningful.”

Tian paints with a broad brush, yes, which ignores many of the subtle nuances and external factors that contribute toward building massive technology companies. But there’s little arguing that people in Silicon Valley think differently. Armed by decades of case studies and social proof, the ecosystem has developed a healthy disregard for rationality.

Mark Zuckerberg famously did just that when Yahoo came calling. He was just 20 years old and Facebook, at less than two years old, was unprofitable with just $30 million in revenue. Yet Zuckerberg and Facebook’s board, which included Peter Thiel and Jim Breyer, turned down Yahoo’s $1 billion offer. When the elder advisors tried to convince the young founder that his 25 percent of that offer would be a big number he said, “I don’t know what I could do with the money. I’d just start another social networking site. I kind of like the one I already have.”

Israeli social mapping company Waze just made the opposite decision, selling to Google for slightly more than that mythical $1 billion. Sarah Lacy cautioned Israel-bulls to “reconsider too much high-fiving over Waze.” While legendary local angel investor Yossi Vardi likes to compare Israeli startups to tomato seeds which need more experienced farmers to grow properly, Lacy believes that the country has the potential to build and sustain globally dominant Web companies without selling, offering MyHeritage as an example.

None of this is to say Silicon Valley is immune from this syndrome. There are thousands of entrepreneurs in the Bay Area who would rather flip their company than do the long, hard work of building something sustainable. But the sheer density of the ecosystem means that a dozen or so each year choose the road less traveled. Also, given the scale of the Valley ecosystem, building a big company is the only way to move the needle and attract talent and capital. Everyone in line at Philz coffee is working on the next “billion dollar business.”

Finally, Silicon Valley is a magnet for those entrepreneurs around the globe who want to build great technology companies, and the ecosystem surely benefits from this imported talent. This was actually Wertz’s central point in the original interview and is one that Tian touches on briefly. It’s a difficult problem to solve, given the power of knowing someone (or several someones) who has summited the mountain before and who can show you that it can be done. In each of these other markets, someone will have to be the first.

In many cases, it is highly irrational to turn down a nine- or ten-figure acquisition offer. There are real benefits to gaining access to the financial and personnel resources of a larger acquirer, ones that can often make or break the success of a still fledgling company. But, if there’s anything in Silicon Valley that Canada, LA, New York, and other startup ecosystems should aspire to it’s this willingness to roll the dice. Sometimes the shooter rolls a “7.”

Source : Pandodaily, by Michael Carney

lundi 22 juillet 2013

MBank And The Future Of Responsive Banking

I’m not a huge fan of banks, but when senior director Michal Panowicz approached me about mBank, my interest was piqued. How could a banking spin-off of BRE Bank and founded in 2000 create one of the coolest, most high-tech banking experiences I’ve seen? The more important question, however, was how could a Polish bank beat the big guys — the Chases, the Citibanks, and the Credit Suisses of the world — to the punch in terms of improved user experience and unique features? 
In short, a small group of programmers and finance guys in Warsaw, Poland, did what the rest of the world couldn’t. And, more importantly, they were quite successful.

John Biggs interviews Michal Panowicz of mBank from on Vimeo.

MBank, in its current incarnation, is very nearly a startup. While they still get some funding from their parent organization, mBank was designed to be a greenfield operation and work independently from the staid old banks that aggravated customers with long lines and odd rules. Now, however, it’s a snappy, surprisingly usable web-only service that lets customers view their transactions using user-experience rules that are more familiar to Steam users than bank customers.

The new mBank is built on a completely responsive design that uses HTML5 and UI tricks to create a unique experience that is more reminiscent of a Windows 8 app than a bank website. While other bank websites show a list of transactions and little else, mBank can show you where those purchases appear in your overall account balance and how and where they fit into your budget. This is done with some clever animations and dynamic objects that are as modern and sleek as an app.
Screen Shot 2013-07-20 at 7.46.53 PM
Screen Shot 2013-07-20 at 7.50.34 PM

To be clear, banks are still pretty boring. However it’s important that mBank is trying something new. If my own bank, Chase, had something like this — complete with mBank’s gamification aspects, as well as its clever deal offers that mimic the best of Groupon and Pinterest — I’m sure I’d be far more interested in staying on the site. By making the site, for lack of a better word, fun, mBank has changed the relationship between bank and customer. This is important in almost any B2C environment and more important when the traditional customer/business relationship in banking has always been vaguely adversarial. mBank isn’t better, per se, but has done far more about user experience than any other bank I’ve seen. That’s what’s important here — the attention to detail.

I spoke with Panowicz at our Warsaw meet-up and thought it would be interesting to get his input on how to turn a banking website around in a few short years. Panowicz is a former Microsoft employee and a true technophile. He brought a unique vision to a 10-year-old company and turned it around, which is quite important.

Source: Techcrunch, John Biggs

mercredi 17 juillet 2013

Watch Dogs WeAreData : le site qui dévoile l'hyper-connectivité en bas de chez vous

Outil de communication mis au point par Ubisoft pour son prochain jeu vidéo, "WeAreData" permet aussi d'ouvrir les yeux sur l'univers hyper connecté qui nous entoure. Fascinant et inquiétant. Capture d'écran du site Watch Dogs WeAreData (c) DR Capture d'écran du site Watch Dogs WeAreData (c) DR

Avec WeAreData, le monde de l'hyper-connexion devient réel. Tel est l'objectif officiel du site internet mis au point par Ubisoft en donnant accès aux différentes informations qui conditionnent notre vie quotidienne, que ce soit en matière de transports, de communications ou de réseaux sociaux.
WeAreData est clairement un site de promotion pour le jeu vidéo Watch Dogs qui sortira le 21 novembre prochain. Le nouveau flagship du troisième éditeur mondial de jeux vidéo plonge le joueur dans un univers moderne et ouvert où tout est connecté et où la ville de Chicago est régie par un système de contrôle central, Le "ctOS". Le joueur y incarne Hayden Pearce, un hacker-justicier capable d'interférer avec ce système central. La maîtrise de l'information devient primordiale et la "ville intelligente" se transforme en personnage à part entière.

  >> Pour en savoir plus : Lire "Watch Dogs, le très gros budget d'Ubisoft"

Mais si le site mis au point avec l'agence de publicité BETC Digital est au service de ce titre symbole de la nouvelle génération de consoles de jeux, "vous n'êtes pas obligé de le prendre pour un outil de communication", prévient Emmanuel Carré, le responsable de la communication chez Ubisoft. "Quelqu'un qui ne joue pas peut avoir accès à une somme d'informations inimaginables".

Des données uniquement en open source

Effectivement, WeAreData a le mérite de réunir sur une seule et même interface un ensemble de données pour le moins étonnantes et fascinantes. Une première. Trois villes seulement ont été pour le moment modélisées en 3D: Paris, Londres et Berlin. Pour chacune de ces capitales, il est ainsi possible d'avoir accès aux horaires de transports publics, aux réseaux de télécommunication (antennes mobiles, points wifi, réseaux publicitaires), à la consommation énergétique du quartier, au trafic, aux infrastructures de sécurité comme les caméras de vidéo surveillance, les feux de signalisation... Tout un tas de données socio-économiques sont également mises en ligne comme le salaire moyen net, le taux de chômage, le taux de criminalité…
Ainsi en se promenant dans le quartier du palais Brongniart vers 11 heures mardi 16 juillet, l'utilisateur pouvait apprendre que le salaire moyen y était de 3.855 euros par mois, le taux de chômage de 10,2% et le taux de criminalité de 221 pour mille ! Il pouvait également avoir accès aux divers envois de posts sur Facebook ou twitter en direct. Ainsi, OnoParis a envoyé un tweet indiquant que le concert de JayZ aura lieu les 17 et 18 octobre à Bercy.
Il est également possible de voir que la place de la Bourse comporte au total 11 caméras de surveillance. En cliquant sur la borne Vélib à l'angle de la rue du 4 septembre, l'utilisateur apprenait que 27 vélos étaient encore disponibles. Le panneau publicitaire à l'entrée du parking souterrain est vu par 117.000 consommateurs par jour. Voilà une idée des données que l'on peut attraper en temps réel. Fascinant et inquiétant car extrêmement intrusif. Emmanuel Carré rappelle toutefois que seules les données des comptes ouverts au public sont uniquement accessibles.

L'agent Snowden, un excellent attaché de presse

WeAreData arrive à point nommé en pleine crise d'espionnage international, après les révélations d'Edward Snowden, l'ancien consultant de l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA). Une aubaine reconnaît-on chez Ubisoft. Un formidable attaché de presse pour l'éditeur qui a vu juste en utilisant cet univers de l'hyperconnexion pour son prochain jeu vedette. A la manière d'un Watch Dogs, Washington surveille et intercepte les communications d'internautes grâce au programme PRISM mis en place en 2007 et qui permet à la NSA de se connecter aux serveurs des entreprises, le tout sans ordonnance de justice. Le FBI et la NSA ont eu accès aux serveurs de groupes comme Microsoft, Yahoo!, Google, Facebook, Apple et autres pour collecter des données sur leurs clients internautes.

Chez Ubisoft, les moyens sont nettement moins importants. Une quinzaine de personnes ont travaillé pour le développement de WeAreData pendant six mois. Pour le moment, trois villes européennes sont accessibles mais d'autres devraient rejoindre le projet prochainement. Des négociations sont en cours pour l'ouvrir aux Etats-Unis. Et pourquoi pas Chicago, la ville du jeu... Côté budget par contre, on se montre nettement plus discret. As usual...

Source : Challenge

Lorsque l'intelligence artificielle et la prédiction viennent en aide à l'édition

 Lorsque l'intelligence artificielle et la prédiction viennent en aide à l'éditi

Prédire le succès d'un livre est un exercice périlleux pour les éditeurs. Des chercheurs grenadins ont mis au point un système qui permet d'estimer la vente des livres avant leur publication.

Le monde éditorial, bouleversé par les contraintes économiques des dernières années, connaît de nombreuses difficultés quant à estimer la rentabilité d'un livre. Les modèles du grand format et du format de poche, autrefois viables, sont en perte de vitesse sur le marché français et, pour les éditeurs, il peut être difficile d'estimer à combien d'exemplaires doit se tirer un livre. Si l'éditeur possède un ordre d'idée général quant à la réussite présupposée d'un livre, il s'agit toujours d'une opération à double-tranchant, et le titre peut passer à côté de son public. A l'université de Grenade, les membres du groupe de recherche GeNeura ont développé en partenariat avec le groupe Trevenque un modèle mathématique qui permet de prédire le nombre d'ouvrages qu'un éditeur pourrait vendre.

Des neurones artificiels pour prédire la vente des livres

Le système qu'ils ont mis au point considère un large ensemble de variables et les classe selon un réseau de neurones artificiels. Les cartes auto-adaptatives, nommées encore cartes de Teuvo Kohonen, reproduisent le principe neuronal en cartographiant l'espace réel grâce aux variables sus-nommées. Parmi ces données, on retrouve à la fois l'auteur, l'éditeur, le nombre d'invendus comme aussi le nombre de semaines durant lesquelles le livre est disponible à la vente, le prix ou encore le sujet du livre. « Bien sûr, note pour L'Atelier Pedro A. Castillo, l'un des chercheurs, il existe certaines données importantes comme le nom de l'auteur ou le mode en cours, mais nous ne les avons pas considérées pour construire ce modèle. » Une fois que ces données sont définies, un deuxième réseau de neurones artificiels, le Multi-Layer Perceptron, produit un résultat en considérant les informations produites par les autres neurones dans le réseau.

Un modèle évolutif

« Toutes ces méthodes fondées sur l'intelligence artificielle ont la capacité de s'adapter, indique Pedro A. Castillo, de sorte que de nouvelles données peuvent être ajoutées au modèle pour le mettre à jour. » L'exemple du département éditorial de Trevenque, fort d'une base de données de près de 6000 livres publiés, démontre ainsi qu'il serait possible de prédire la vente des livres. Ce modèle pourrait posséder une forte valeur pour les éditeurs aujourd'hui, alors que prédire le succès d'un livre repose, pour une part du moins, dans les mains du hasard. Les valeurs qui n'ont pas été considérées par les chercheurs au cours de leur étude, comme le nom de l'auteur ou la mode, « sont importantes, rappelle Pedro A. Castillo. Nous laissons l'éditeur prendre en compte ces variables dans les résultats obtenus par notre modèle prédictif. »

Source : L'Atelier

mardi 16 juillet 2013

Kindle Worlds d’Amazon propose aux auteurs de “fanfiction” de se rémunérer

piles of books

Amazon fait un pas de géant dans l’univers de la publication digitale, avec le lancement de Kindle Worlds, plateforme dédiée à la publication des fanfiction.
Internet a, depuis longtemps déjà, engendré une transformation fondamentale des modèles de publication. Entre autres choses, Internet démocratise la publication de contenu; ce qui n’est pas sans poser d’importantes questions relatives à la propriété intellectuelle et aux droits d’auteur. Par exemple, il est de plus en plus fréquent que les fans d’un film ou d’un livre publient des “fanfiction”, autrement dit des récits écrits par les fans, qui prolongent une histoire existante, propose une fin alternative, etc. La plupart de ces récits reprennent ainsi les personnages et les univers narratifs du contenu médiatique sur lequel ils sont basés, violant ainsi la propriété intellectuelle de l’auteur. Amazon, géant du livre numérique, a annoncé fin Mai le lancement d’une nouvelle plateforme, Kindle Worlds, précisément dédiée à la publication des fanfiction, et à la protection des droits d’auteur pour les détenteurs des franchises.

Une nouvelle approche de la propriété intellectuelle

Une fanfiction peut, sous le droit américain, constituer dans plusieurs cas une enfreinte à la propriété intellectuelle. Mais ce type d’oeuvres dérivées représente également une opportunité pour les auteurs et éditeurs des oeuvres originales. Kindle Worlds arrive notamment après le succès colossal qu’avait remporté Fifty Shades of Grey. Ce livre, initialement fanfiction basée sur le triptyque Twilight, était un best-seller aux Etats-Unis et Royaume-Uni, dépassant même les ventes d’Harry Potter. Très souvent, les fans d’un roman sont susceptibles de consommer également les contenus dérivés du roman, ce qui peut ainsi représenter une opportunité de choix pour la franchise. Autoriser et réguler la publication de ces récits de fan permet aux détenteurs de franchise d’encadrer la tendance en leur donnant des indications à respecter, et en réclamant des redevances. C’est ce qu’Amazon se propose de faire avec Kindle Worlds. L’idée est de donner aux fans un espace officiel pour publier leurs récits, en accord avec l’auteur ou l’éditeur du contenu original, et de se rémunérer. Le fan peut ainsi bénéficier de la reconnaissance du public pour son oeuvre dérivée, de celle de l’auteur initial, tout en évitant des conflits de propriété intellectuelle avec les détenteurs de franchise.

Des opportunités pour les éditeurs et autres détenteurs de franchise

Pour lancer la plateforme, Amazon a conclu des partenariats avec des géants médiatiques américains tels que Warner Bros Television et Valiant Entertainment, ainsi qu’avec plusieurs auteurs de romans best-seller, pour autoriser les auteurs à développer des fanfictions autour de certaines histoires licenciées. Les auteurs peuvent ainsi se rendre sur la plateforme, et écrire une fanfiction tirée d’une des oeuvres licenciées. Amazon passe ensuite les fanfiction en revue, et publie les oeuvres approuvées, qui est aussitôt mise en vente via Amazon Kindle. Kindle Worlds constitue ainsi un nouveau modèle de publication digitale, qui permet à n’importe qui de publier du contenu inspiré d’une oeuvre, et de se rémunérer. Les livres sont vendus à un prix qui peut aller de 0.99 à 3.99 dollars. L’auteur peut gagner jusqu’à 35% des redevances, le reste étant reversé à Amazon et au détenteur de la franchise. Kindle Worlds constitue de ce point de vue un véritable pas en avant dans le monde de la publication digitale.

Source : L'Atelier

mercredi 3 juillet 2013

Les startups de Nike + transforment l’activité physique en monnaie virtuelle

joueur de football qui tire dans un ballon

Les startups issues de l’accélérateur de Nike ont récemment présenté leurs projets au cours d’un Demo Day à San Francisco. Beaucoup changent l’activité physique des utilisateurs en monnaie virtuelle. 

Début 2013, Nike avait annoncé le lancement de son propre accélérateur de startups, en partenariat avec TechStars. L’objectif: inciter les startups à développer des produits et services basés sur NikeFuel Band, le bracelet d’auto-mesure de Nike. Côté startups, les participants bénéficient d’un programme d’accélération d’une durée de 3 mois, au cours desquels ils bénéficient de coaching avec des experts du secteur, de la proximité avec les équipes de Nike, et de l’accès aux APIs et SDK de Nike, et d’un financement de 20.000 dollars. Le programme, qui a démarré le 18 Mars, s’est achevé mi-juin en grande pompe avec le “demo day” de l’accélérateur, qui s’est déroulé à San Francisco devant un public d’investisseurs et de la Silicon Valley. Si les pitchs des startups étaient variés, une tendance se distingue néanmoins, qui consiste à convertir le “Fuel” du bracelet en monnaie virtuelle ou réelle.

Bouger plus pour gagner plus

Le bracelet NikeFuel mesure l’activité physique de so porteur en “Fuel” (“jus” ou “essence” en français). Plusieurs startups de l’accélérateur se proposent de convertir le Fuel généré par l’activité physique de l’utilisateur, en monnaie. C’est ainsi le cas de GeoPalz, pour les enfants. Plus les petits se défoulent, plus ils gagnent de points et de récompenses dans des jeux vidéo. Chroma, un studio de jeux vidéos, permet aux utilisateurs de NikeFuel Band de construire des robots personnalisables dans le jeu vidéo en amassant du Fuel. Dans un genre différent, FitCause, est dédié aux oeuvres caritatives. La plateforme propose un système de financement participatif pour les oeuvres caritatives, basé sur le Fuel amassé par les participants. Les utilisateurs équipés d’un NikeFuel Band peuvent ainsi choisir une oeuvre caritative partenaire de FitCause; toute l’activité physique de l’utilisateur, mesurée en Fuel, est convertie en argent pour financer l’oeuvre caritative.

Des opportunités pour les marques

Cette conversion de l’activité physique en monnaie a également un intérêt côté entreprises. FitCause a ainsi un modèle qui permet aux entreprises de sponsoriser des missions à but caritatif. Autrement dit, si les utilisateurs atteignent collectivement l’objectif fixé par la mission (par exemple, atteindre 50.000.000 Fuels), l’entreprise sponsor verse l’équivalent en dollars à l’oeuvre caritative en question. Sprout, un service dédié aux entreprises, utilise, parmi d’autres appareils, le Nike Fuel Band pour mesurer l’activité physique des employés et les inciter à bouger plus pour garder la forme. Enfin, HighFive permet aux marques de récompenser les sportifs au moment crucial où ils viennent d’accomplir un défi ou un exploit. Bref, les opportunités pour les marques d'intervenir dans l'équation de l'auto-mesure sont nombreuses. Cela dit, Nike n’est pas le seul à avoir ouvert son API pour accélérer le développement d’applications sur sa plateforme. Jawbone et FitBit ont fait de même récemment.

Source : L'Atelier