vendredi 31 juillet 2009

Le coup magistral d'Ericsson dans la bataille de la téléphonie mobile

Il y a une dizaine d'années, Ericsson et Nokia étaient les plus farouches opposants à la norme de téléphonie mobile CDMA, un système de codage des transmissions utilisé principalement en Amérique du Nord. Il faut dire qu'ils essayaient à l'époque de fidéliser les opérateurs à leurs propres équipements, conçus autour de la norme européenne GSM. Alors pourquoi le suédois Ericsson a-t-il mis 1,13 milliard de dollars (804 millions d'euros) sur la table pour racheter à Nortel des licences CDMA vieillissantes, au nez et à la barbe du finlandais Nokia ? Tout simplement parce que prendre le contrôle de la technologie d'hier peut être un bon moyen d'être maître de la technologie de demain.

Les entreprises spécialisées dans les infrastructures de transmission sans fil sont toujours préoccupées de ce que sera la prochaine génération d'équipements. Dans ce secteur, parier sur un mauvais cheval condamne vos ventes à baisser inexorablement lorsque les opérateurs renouvellent leur matériel. C'est ce qui s'est passé pour Nortel. En 2008, ses activités dans les technologies de transmission mobile lui ont rapporté un chiffre d'affaires de 2 milliards de dollars, mais il décline rapidement.

Une entreprise en perte de vitesse peut quand même se révéler une bonne affaire, si elle est capable de cracher du résultat, comme Nortel. Ericsson n'aura pas besoin d'investir énormément en reprenant les rênes. Le temps ne presse pas : les clients de Nortel ne renouvelleront pas tous ensemble l'intégralité de leurs équipements, et avant cela, ils auront besoin de maintenance.

On ne décide pas de se lancer dans une fusion juste pour récupérer sa mise. En revanche, si elle est synonyme d'avantage concurrentiel, alors là, cela devient plus intéressant. Les opérateurs de téléphonie mobile finiront par adopter la LTE, une nouvelle norme qu'Ericsson a largement contribué à développer. Fort heureusement, Nortel y travaillait aussi. Ericsson prendra ainsi possession d'un certain nombre de brevets, tout en récupérant 400 ingénieurs déjà mobilisés sur la nouvelle norme. En outre, les opérateurs aujourd'hui équipés en CDMA seront parmi les premiers à vouloir passer à la LTE, sous la pression de clients pressés de profiter de la vitesse de transmission de données de la nouvelle technologie.

Ce n'est pas parce qu'ils sont clients de Nortel que les gros opérateurs américains, comme Verizon Wireless ou Sprint, choisiront nécessairement Ericsson comme prochain fournisseur. Cela étant, avoir mis un pied dans la place ne peut pas nuire. De plus, ce n'est pas rien que d'empêcher ses concurrents Nokia et Huawei - le nouveau venu chinois - d'avoir cet accès privilégié aux opérateurs. Ericsson vient donc de réussir un coup magistral en faisant main basse sur les activités de transmission mobile de Nortel.

Source : Le Monde (adapation de Breaking Views), 30/07/09

jeudi 30 juillet 2009

Solar PV: India Joins the Party

One of the, if not THE, most popular debates in solar PV circles is about when exactly the electricity produced by solar PV systems will reach "grid-parity", or become competitive with like-generation fuels (i.e. non-baseload) on a stand-alone basis (i.e. no feed-in tariffs, mandates or rebates).

A lot of the time, these discussions slip into arcane sub-debates about module costs, as expressed on a dollar per watt basis, and how far they need to fall for solar PV to be competitive. But module costs are only one part of the equation; inverter, installation and other balance-of-plant costs can make up to 50% of the installed cost of a system, and the local solar regimes, cell efficiency, interest rates and system orientation can all impact the levelized cost of the power produced, and thus its relative cost position on the grid.

While such discussions are most definitely intellectually stimulating, the fact remains that the solar PV industry is, by-and-large, heavily dependent on regulatory incentives for growth. Recent figures by REN21 (p. 24 of the PDF document) demonstrate the extent of this dependency. In 2005, Japan accounted for ~24% of new installations and ~35% of total installed capacity for grid-tied solar PV globally, while for Spain the numbers were ~2% and ~2%, respectively. By the end of 2008, Japan made up ~5% of new installations and ~15% of installed capacity, whereas Spain accounted for ~48% and ~26%, respectively. What changed in those three years? Japan canned its residential incentive in 2006 and Spain implemented its feed-in tariff in 2004. Now, both countries have made 180-degree turns, with Spain canning and Japan re-instating. I expect investment flows to reverse.

Reaching grid parity in certain regions with high wholesale power prices is not going to change that situation overnight - last year, McKinsey & Co published a forecast in which they estimate that economic demand for solar PV will begin outpacing policy-driven demand by about 2015. By 2020, the authors believe, policy-driven demand will still account for a little under a third of total global demand. Regulatory incentives are thus going to account for a substantial portion of installed solar PV capacity for at least the next decade.

That is why solar PV investors should be elated that India has finally decided to join the solar club by planning to have its own targets and incentives announced by September. Early information points to a non-trivial target of 20 GW installed by 2020 (Germany had about 5.4 in 2008), with 1 to 1.5 GW installed by 2012. The scope for solar PV growth in India is massive, especially growth in distributed solar as over 600 million people - mostly in rural areas - currently don't have access to electricity.

As of yet, few details have been made public on the upcoming policy so it is difficult to gauge what this will mean for the solar PV sector. However, if India's solar ambitions turn out to be as big as their IT ambitions, this could prove a welcomed boost for the industry.

I am finding it difficult to pick stocks in the solar PV sector for three reasons: (1) the intense sell-side focus, exemplified by the fact that every shop on the Street now has a solar PV analyst, makes it very difficult to gain and exploit an informational advantage; (2) stocks tend to be highly volatile, with the success stories trading at astronomical multiples (e.g. First Solar) and the firms experiencing difficulties getting destroyed (e.g. Timminco); and (3) the industry remains relatively young, with new entrants and emerging technologies continually threatening established market positions.

My favorite way to play this sector and macro events like the India announcement thus remains through one of the two solar power ETFs: theClaymore/Mac Global Solar Index ETF (TAN) or the Market Vectors/Van Eck Global Solar Energy ETF (KWT) . While volatility and high multiples remain a factor for the ETFs, they nonetheless eliminate much of the firm-level risk.

I took a long position in TAN in early March, and this has done quite well for me so far. My time line there was 18 to 24 months and that remains the case today. However, the announcement by the Indian government in September could provide near-term momentum for these two ETFs, especially if the program is to be implemented sooner rather than later.

Source : Seeking alpha, July 30 2009

Wall Street Journal Creating New “LinkedIn Killer” Called WSJ Connect

The Wall Street Journal has long envied the success of professional social network LinkedIn and its 15 million or so monthly visitors ( has just a third of that). In late 2008 they launched WSJ Community, a social network bolted onto the main WSJ site. That community is a ghost town - raise your hand if you’ve even heard of it, let alone visited it. At some point, they’ll likely shut it down as quietly as possible.

But they are still serious about gunning for the LinkedIn crowd and all those monetization opportunities (jobs, ads and a heck of a marketing pool for WSJ subscriptions). They’ve been working on a new social network, to be called WSJ Connect, we’ve confirmed. And instead of building it internally, like they did with WSJ Community, they’ve enlisted the help of another arm of parent company News Corp. - Slingshot Labs. And yes, they call it “LinkedIn Killer” internally.

Slingshot Labs is the R&D arm of News Corp. and works on digital products. Their first product was Daily Fill, which launched earlier this year. They also built the MySpace Events productthat we covered in March. They operate fairly independently, have their own funding and 40-50 staff, according to one person familiar with their operations.

WSJ Connect is still in the planning/conceptual stages, says one source, but there is “strong interest” to move the project forward. Importantly, it would leverage the WSJ brand but would be a separate property and unencumbered by the need for a paid subscription to the newspaper.

Conceptual screenshots of the product are apparently floating around Slingshot, the WSJ and MySpace. We’re trying to track them down.

Absolutely no one responded to our requests for comment. Luckily, lots of ex-MySpace employees are happy to talk.

Source : Techcrunch, July 30 2009

Twitter For Business

A Voir :

1- La proposition actuelle de Twitter pour les entreprises :
Twitter 101 for Business A Special Guide

2- L'analyse de Elisabeth A.Sullivan (Marketing News) qui date de 2008 mais demeure pertinente :

Yahoo: Losing the Geek Factor - BusinessWeek

Yahoo: Losing the Geek Factor - BusinessWeek

Shared via AddThis

Intel Capital Stakes Grid Net

Grid Net on Wednesday grabbed a third round of funding for its network management software for utility companies. Financial terms of the deal were not disclosed.

The startup also added Braemar Energy Partners principal Scott DePasquale to its board of directors.

“Braemar’s mission is to identify and invest in the world’s most promising energy technology innovators,” Mr. DePasquale said in a statement.

The company is creating grid network software for use on WiMAX, a next-generation wireless Internet technology, with partners Clearwire, Intel, GE Energy, and Motorola,

Investors included Braemar Energy Ventures, Catamount Ventures, GE Energy Financial Services, and Intel Capital.

Grid Net’s software promises to help utilities better understand customers’ usage patterns, allowing management of various devices such as smart meters and routers.

Source : 30 July 2009,
by Red Herring Staff

Starbucks et l’Innovation participative : My starbucks Idea


“My starbucks idea” est un site web collaboratif basé sur le crowdsourcing (approvisionnement des idées par la foule).

Il permet aux clients de Starbucks d’accéder à une grande boîte à idées où chacun peut soumettre ses propositions et donner ses souhaits.

Grâce aux technologies du Web, les clients peuvent également voter pour les idées suggérées et les commenter.
Cet espace collaboratif permet un foisonnement des idées tout en donnant la parole très facilement à ses clients.

A l’instar de Dell et son Ideastorm , le site est très transparent et démontre l’engagement du management de Starbucks à appliquer les idées soumises.
Les utilisateurs peuvent ainsi suivre le statut de leurs idées et leur mise en application.

Par cette démarche, Starbucks vise l’amélioration de l’accueil et de son service au sein de ses différentes enseignes.

Parmi les idées populaires soumises, on peut citer l’installation du Wi-Fi dans tous les cafés Starbucks, avoir une boisson gratuite pour son anniversaire, proposer des coupons permettant d’offrir des boissons a ses amis dans n’importe quel starbuck…

Un lancement très réussi

Les dirigeants de Starbucks ne s’attendaient pas à un tel succès.
En effet, dès le début, les clients ont participé massivement à cette initiative.
Alors que les organisateurs de l’évènement s’attendaient à avoir quelques retours et commentaires de la part d’une petite communauté fan de starbuck, ce sont des milliers de clients qui ont saisi l’opportunité de s’exprimer.

Plus de la moitié des idées soumises ont ainsi reçu plus de 50 commentaires chacune. Certaines idées furent votées par plus de 10.000 personnes!
A noter que l’idée la plus populaire depuis 1 an a recueilli plus de 95000 voix !
Fait intéressant, il s’agit d’une proposition destinée à favoriser des espaces de dialogue et un sens de la communauté au sein des enseignes.

Les dirigeants de Starbucks ont donc eu le nez creux en lançant cette initiative au bon moment. Par ce biais ils ont satisfait le besoin d’expression de leurs clients.

Le management de Starbucks a voulu remercier leurs clients par un petit mot, quelque temps après l’ouverture du site :

“Nous voulons vous dire ceci : merci.
Oh, et ceci : nous vous entendons.
Et finalement: nous prenons cette communauté très au sérieux et nous sommes prêts à nous engager”

Un bel exemple de communication et de mise en relation avec ses clients…!

Source: L'innovation partagée,

mercredi 29 juillet 2009

Social Widgets Drive Sharing on Facebook

Based on analysis of use of a content-sharing widget, more people use Facebook to share links than any other service, including e-mail.

According to AddToAny, creators of content-sharing and Web publishing tools, including a popular social media widget, Facebook accounts for 24% of uses of the widget to share links to articles, videos and other content, trumping e-mail at 11.1%.

Leading Services Used to Share Online Content Worldwide via the AddToAny Widget, July 2009 (% share)

Twitter is in the No. 3 spot at 10.8%. But combining all of Yahoo!’s properties—Delicious, Yahoo! Bookmarks, Yahoo! Buzz and Yahoo! Messenger—pushes it up to second, at 14.4%.

Social media’s competition with e-mail is actually nothing new.

Nielsen’s March 2009 report, "Global Faces and Networked Places," found that by the end of 2008, social networking had overtaken e-mail in terms of worldwide reach. According to the report, 66.8% of Internet users across the globe accessed “member communities”—social networking or blogging sites—compared with 65.1% for e-mail.

Top Five Online Sectors Worldwide*, Ranked by Active Reach, December 2007 & December 2008

Nielsen found that member communities accounted for nearly 10% of all Internet time, or one in every 11 online minutes.

The pre-eminent member community was Facebook, visited monthly by three in every 10 people across the nine markets Nielsen tracked. And now with a big boost on sharing, the site is poised for even greater reach and time spent. That is, if Twitter doesn’t come along and steal its thunder.

Source : eMarketer, July 29 2009

How the Old, the Young and Everyone in Between Uses Social Networks

Social networkers utilize popular Websites such as MySpace, Facebook, Twitter and LinkedIn in different ways depending on their age.

According to Anderson Analytics, Generation Z (13-to-14-year-old) social network users were more likely to use MySpace than Facebook. Only 9% of them used Twitter and none used LinkedIn.

Social Networking Sites Used by US Social Network Users, by Generation, May 2009 (% of respondents in each group)

Generation Y was a somewhat different story. Three-quarters of 15-to-29-year-olds used MySpace, 65% used Facebook, 14% used Twitter and 9% used LinkedIn.

Generation X, 30-to-44-year-olds, and baby boomers, 44-to-65-year-olds, connected on LinkedIn more than any demographic.

Nine in 10 older social network users, which Anderson Analytics called the WWII generation, used Facebook, and 17% tweeted.

When it came to why social networkers joined a social network, however, the reasons were similar from generation to generation.

Sizable percentages of every age group wanted to keep in touch with friends, have fun or stay in contact with family, or had been invited by someone they knew. The youngest users were most likely to be interested in fun and friends, while family contact appealed more to older social networkers.

Reasons that US Social Network Users Joined a Social Network, by Generation, May 2009 (% of respondents in each group)

Very few users of any age joined for business-related purposes such as recruiting potential candidates, sales, job searches or business networking.

“Due to the difference in age of the users, the interests of users are naturally different,” wrote the authors of the report.

“LinkedIn users are more interested in luxury activities, Twitter users are more interested in pop culture and MySpace users are more interested in humor/comedy and video games.”

It seems social networking sites are places for friends to meet, no matter what their age.

Source : eMarketer, July 30 2009

Le Jeu : nouvel outil de management et de communication

Nous sommes en août 2029, un météore vient de pulvériser la planète Mars. Les débris forment une pluie d'astéroïdes qui menace la Terre. "Rejoignez l'aventure Thales" : équipé de la technologie de l'entreprise Thales, vous êtes responsable d'une base lunaire. Votre mission est de protéger la Planète bleue de la catastrophe.

Avec le jeu vidéo Moonshield, le groupe Thales soigne sa communication. Dès 2010, 5 000 nouveaux ingénieurs seront recrutés chaque année, ce qui amène l'entreprise à accroître sa visibilité à travers le monde. "Il fallait réussir à capter l'attention des élèves ingénieurs pour leur présenter les pôles d'activité du groupe, méconnus en dehors de la France", explique Yves Dambach, directeur général de KTM Advance, l'entreprise qui a conçu le jeu. Huit mois après sa mise en ligne, les compteurs de Moonshield affichent près de 200 000 parties jouées. Et dans un cas sur quatre, le joueur s'est rendu sur le site dédié au recrutement de Thales. Pour Yves Barou, directeur des ressources humaines du groupe, le pari est réussi : "Un jeu comme celui-ci contribue à l'image de l'entreprise et accroît sa notoriété."


En France, les serious games ont émergé entre 2003 et 2005, comme outils de formation personnalisée ou instruments de communication. "Le jeu vidéo est resté pendant longtemps quelque chose de mal vu en France. Trop violent et réservé aux jeunes garçons", rappelle Sébastien Beck, directeur exécutif de Dæsign. Aux yeux du monde professionnel, le jeu devient peu à peu un outil efficace au service de l'entreprise.

L'arrivée sur le marché du travail de la génération "digital native", qui a grandi en même temps que les nouvelles technologies, mais aussi le succès de la Wii et des jeux ludo-éducatif familiaux, ont contribué à modifier la manière de percevoir les jeux vidéo. Doucement, ils gagnent en respectabilité. Selon une étude européenne (Apply Group, 2007), 66 % des grands donneurs d’ordre européens disent vouloir les intégrer dans leur formation dans les cinq ans à venir. Près de la moitié des entreprises du CAC 40 ont déjà franchi le pas. BNP Paribas, L'Oréal, PSA, ou Air France utilisent ainsi les serious games dans leurs plans de formation ou de communication. "Il y a encore deux ans, les entreprises ne voulaient pas en entendre parler et maintenant, elle écoutent", explique Olivier Lombart, responsable du développement des serious games au sein de l'entreprise Genious.


Depuis le début de l'année, AXA teste un nouveau programme de formation interne à la vente dans lequel les salariés "jouent" sur leurs ordinateurs. Plongés dans un environnement en 3D, il leur faut convaincre des clients virtuels. A chaque fois, il doivent faire face à une nouvelle difficulté et adapter leur discours. Selon José Milano, directeur du développement des ressources humaines pour AXA France, le jeu désinhibe, les salariés expérimentant des techniques de vente qu'ils n'auraient pas osé essayer face à un vrai client. "C'est une expérience très satisfaisante", juge-t-il, en annonçant fièrement la vente de 17 000 contrats supplémentaires dans la région pilote.

"C'est moins rébarbatif que de lire un manuel de 400 pages", lance Yves Dambach. Pour lui, les serious games offrent une méthode de formation moins scolaire. Il permettent de se mettre à la place de l'autre et de se remettre en question. Surtout, l'efficacité de la formation est contrôlée. "On ne peut atteindre les niveaux supérieurs et terminer le jeu qu'en validant ses connaissances", explique-t-il.

Cependant, les serious games restent chers. Moonshield, le jeu développé pour Thales, atteint les 400 000 euros. AXA se fait moins précis, mais José Milano reconnaît qu'un serious game représente un investissement substantiel. "Entre 50 000 à 500 000 euros suivant la complexité du jeu", détaille Yves Dambach. Le prix est une barrière pour la plupart des PME, mais des entreprises s'attaquent à ce marché. "Certaines simulations, comme les entretiens annuels d'évaluation ou les formations au management, peuvent être standardisées pour s'adapter, avec de légères modifications, à toutes les structures", explique Sébastien Beck. Son entreprise, Dæsign, propose des licences à 250 euros, mais le produit n'a pas encore le succès escompté. "Le serious game n'a pas encore acquis la notoriété suffisante", suppose-t-il.


Les moteurs 3D, comme les outils de création de jeux vidéo, ont fait d'importants progrès ces dernières années : la jouabilité est améliorée ; les scénarios, de plus en plus élaborés, immergent totalement le joueur dans un univers virtuel. "Entre certains jeux vidéo et certains serious games, la frontière est très mince", constate Olivier Lombart. Pour présenter les activités du groupe à ses nouveaux collaborateurs, BNP Paribas les emmène en mission orbitale, avec Starbank. "Vous venez de rejoindre le bureau des missions spéciales, précisons vos objectifs : vous partez créer une banque dans une citée orbitale peuplée d'étranges aliens", explique une voix de robot. Le jeu permet de comprendre le fonctionnement des différents pôles de l'entreprise et leurs interactions, créant une image mentale. A l’origine, Starbank était destiné aux nouveaux employés, issus des 85 pays où le groupe est implanté. Le jeu a finalement été mis en ligne sur le Web. L'outil de formation participe alors à la stratégie de communication de l'entreprise.

La capacité des jeux à diffuser un message n'a pas manqué d'attirer l'attention des annonceurs. Ikea propose de remeubler le bureau Ovale. La marque de déodorants masculins Axe entraîne les joueurs dans une enquête sur l'origine de mystérieuses agressions d’hommes par des femmes. Les advertgames, jeux publicitaires, sont légion sur Internet. L'entreprise Genious travaille actuellement sur un jeu pour une grande marque de cosmétiques : un couple de tamagotchis (animaux de compagnie virtuels) qui se nourrissent uniquement par la peau. Il faut les soigner à l'aide de différentes crèmes en fonction des pathologies qu'ils développent. "C'est beaucoup plus facile pour présenter le catalogue. On amène les joueurs à se familiariser avec les produits", explique Olivier Lombart.


L'émergence du marché des "jeux sérieux" est encore récente. Difficile de trouver des chiffres fiables. Une étude américaine donne une fourchette trop large pour être véritablement significative : entre 1,5 et 10,5 milliards de dollars. Les données françaises ne sont pas plus précises : "quelques dizaines de millions d'euros", avançait prudemment Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat à la prospective et au développement de l'économie numérique, en annonçant un plan de soutien en mai. Un appel d'offres qui a reçu plus de 150 dossiers de candidature.

Depuis quelques mois, des initiatives locales prennent le relais du gouvernement. La chambre de commerce et d'industrie du Nord-Pas-de-Calais a récemment lancé un appel à projets, tandis que la fédération des travaux publics de Rhône-Alpes se dotait d'un jeu destiné à sensibiliser sur les risques sur les chantiers. Une politique qui soulage Julien Villedieu, délégué général du Syndicat national du jeu vidéo :"Les pouvoirs publics prennent enfin conscience du potentiel économique des serious games."

Source : Le Monde, Mael Inizan, 27 juillet 2009

dimanche 26 juillet 2009

Profession : Community Manager

Ne dites pas à ma mère que j'anime une communauté, elle me croit journaliste." Marie-Amélie Putallaz n'a pas eu besoin d'attendre sa sortie du Centre de formation des journalistes (CFJ) pour trouver un emploi. Dès mars, elle a été embauchée en CDD à pour une fonction nouvelle dans la presse française. En anglais, on parle de Community Manager. En français, on dit "animateur de communauté".

Cette jeune femme de 26 ans avait le profil adéquat : avant sa formation de journaliste, elle a animé des forums Internet sur les jeux vidéo. Elle a encore du mal à définir sa fonction. "Je me sens assez proche d'une émission de radio du type "Les auditeurs ont la parole"."

Sa première fonction est de modérer les commentaires des internautes. Elle n'aime pas ce mot : "Modérer, c'est laisser entendre qu'on coupe, qu'on censure. Mon rôle consiste aussi à valoriser les réactions des lecteurs, à les synthétiser." Elle lance des appels à témoignage en rapport avec l'actualité. Au besoin, elle entre en contact avec les internautes par mail. "Je leur demande d'apporter des informations. En échange, ils me disent ce qu'ils veulent voir et entendre. Je suis un peu l'ambassadrice des internautes auprès de la rédaction."

Le site a lui aussi engagé un animateur de communauté, Antoine Daccord, 26 ans. Celui-ci avait travaillé en presse régionale, animant la page forum du quotidien L'Echo du centre. Il invite les internautes à réagir "sur deux ou trois sujets par jour". L'objectif des animateurs est que cette culture du dialogue se diffuse dans la rédaction et que "chaque journaliste devienne à son niveau animateur d'une communauté de lecteurs", explique-t-il.

Le rôle de l'animateur consiste aussi à utiliser les réseaux sociaux pour faire vivre la "marque" du média. Mme Putallaz a deux comptes sur Twitter, un réseau social permettant de diffuser des messages sur le Net et sur le téléphone. L'un sous son nom propre, l'autre sous celui de L'Express. Elle anime aussi un compte sur Facebook et poste des liens Internet, "un à trois tous les jours, pas plus de cinq pour ne pas lasser l'internaute". Ces liens apportent une audience modeste mais croissante aux sites de presse.

Comptes sur Twitter

Au Figaro, les journalistes sont encouragés à ouvrir des comptes sur Twitter. M. Daccord leur propose un habillage, des conseils, et rediffuse une partie de leurs contenus vers le fil Twitter du Figaro. Celui-ci est suivi par plus de 2 000 personnes et diffuse des liens vers des articles du site, mais aussi vers d'autres sites susceptibles d'intéresser les lecteurs.

Arte possède quatre fils Twitter et une page sur Facebook. Mélissa Bounoua, diplômée de l'Ecole de journalisme de Sciences-Po, a été embauchée pour les animer. "Pour qu'un fil Twitter ou une page Facebook vivent, il ne suffit pas de les alimenter, explique la journaliste de 22 ans, connue dans la blogosphère sous le surnom de Miss Press. Il faut discuter avec les lecteurs, les écouter, donner un ton. Mon objectif est de diffuser notre information, d'apporter de l'audience au site d'Arte, mais aussi d'être une veille pour sentir ce qui se passe sur le Web." Mélissa a connu la fonction d'animateur aux Etats-Unis. Elle pense que ce métier va se répandre en France.

Source : X.Ternisien, Le Monde

Xbox 360 Meets Facebook, Twitter

Gamers are abuzz about a new program from Microsoft Corporation coming out this fall that will integrate the Xbox 360® with Facebook and Twitter. It'll enable Xbox 360® users to post statuses, see friend updates, view photos as well as take and share pictures of their favorite gaming moments.

Arnold Blinn (CS'87), a graduate of Carnegie Mellon University, is an architect at Microsoft Corporation and had a hand in its design.

"The new software we've created for Xbox LIVE gets these social networks out of the office and PC and into the living room," said Blinn. "Things like communication and viewing photos are often more natural in this environment and can be more fun. It also allows people to discover and connect with friends that they can play games with."

Driven by a passion for consumer software, as an architect Blinn designs products and solutions for customers with an in-depth knowledge of the implementation and how it will work and come together.

Blinn's current role is on the Xbox LIVE team, but prior to that he was the integration architect for Microsoft's Windows Live division — where a big part of his job was working with social networking sites and integrating Microsoft services with other Networks.

"Suffice it to say that I'm a geek who knows a little bit about social networking on the Internet," he joked.

"Since I've graduated I've seen the advent of e-mail, instant messaging, blogging, Twitter and social networks like Facebook," Blinn said. "All of these have a common theme: they allow people to connect with each other. Personally, I'm envious that these ways to connect didn't exist when I was younger."

Blinn enjoys enabling people to connect through new and meaningful ways, and feels he would not be in the position he's in today without his education.

"Carnegie Mellon certainly taught me a combination of software architecture and abstraction that allows me to design what I think are well built systems," he said. "More importantly, it taught me this in a way that was practical and not theoretical."

Blinn serves on the Carnegie Mellon Alumni Association Board of Advisors.

"I wanted to serve on the Alumni Board to help the university reconnect with alumni. What surprised me was how much this has given back to me," said Blinn. "Since I've joined the board I've seen firsthand how rewarding this type of reconnection has been both personally and professionally. My hope is that more alumni see this mutual value of having a lasting relationship with Carnegie Mellon."

Source : Carnegie Mellon

jeudi 23 juillet 2009

First solar to build 100 MW Solar factory in France

By Ucilia Wang

First Solar (FSLR) and EDF Energies Nouvelles are teaming up to build a solar panel factory that could be the largest in France.

factory would have an initial capacity to produce at least 100
megawatts of thin-film solar panels per year. Tempe, Ariz.-based First
Solar is the world's largest thin-film solar panel maker, using cadmium
telluride as the main semiconductors for converting sunlight into

EDF Energies Nouvelle [Euronext: EEN] has largely
focused in wind farm development in Europe and the United States. But
the company recently said it also would step up its investment in
solar. State-owned EDF Group is the largest shareholder, owning 50 percent of the company.

Energies Nouvelle said it had raised than €500 million in 2008 to
support its foray into solar, and plans to install 500 megawatts of
photovoltaic power plants by 2012.

The 100-megawatt factory
would cost more than €90 million to build, and EDF Energies Nouvelle
would put in half of the capital and factory startup costs, First Solar
said. That investment would entitle the French company to all of the
factory's products for the first 10 years.

First Solar said the
new solar panel factory is scheduled to reach full production in the
second half of 2011. The two companies plan announce the location of
the factory over the next few months.

France hasn't seen much of
large-scale solar power installations, but the government has created
initiatives to boost them. France has a feed-in tariff policy that
requires utilities to buy solar electricity at premium prices set by
the government. Such policy has helped to turn Germany and Spain into
the world's two largest solar markets.

France installed 88
megawatts of solar power in 2008, and could add another 186 megawatts
in 2009, said Daniela Schreiber, an analyst at EuPD Research, at a
conference in San Francisco in June.

EDF Energies Nouvelle has been First Solar's customer. Last December, EDF Energies Nouvelle said it had commissioned mainland France's largest solar power plant, which is equipped with 7 megawatts worth of First Solar panels.

Solar has factories in Ohio as well as in Germany and Malaysia, and has
been expanding its facilities in Malaysia. Bach in March this year, the
company said it would have more than 1 gigawatt of production capacity
by the end of this year.

First Solar's shares rose about 5.5 percent to reach $159.57 per share in recent trading.

Source : Seeking alpha

Blogging Vs Microblogging + Lifestreaming + Social Networking

Les réseaux sociaux (avec Facebook) Le micro-blogging (avec des plateformes comme Twitter) ainsi que les services de Lifestreaming (type Friendfeed) sont clairement entrain de gagner du terrain face au blogging, certains blogueurs (comme Steve Rubel par exemple) commencent même à faire le switch définitif vers le mix Twitter + FriendFeed + Facebook ou encore des vers des agrégateurs type Tumblr, Posterous… pour publier du contenu, le partager et échanger avec leurs commuanutés respectives.

Mais, même si on ne dispose pas de chiffres pour le confirmer (uniquement de constats), il peut paraitre évident que le nombre de blogs personnels abandonnés augmente et que les créations (ou du moins dont la récurrence des mises à jour) diminuent au profit de cette nouvelle tendance. Néanmoins, dans ce schéma (qui peut paraître à priori assez pessimiste) , une autre tendance se dessine: Celle de la croissance des blogs dits “professionnels” (finalement des sites web qui utilisent des plateformes de blog pour leur simplicité de mise à jour et leur fonctionnalités sociales) ainsi que celle des “plateformes de blog communautaires” du type Tumblr et Posterous. Ces plateformes étant plus positionnées sur le partage instantanée (photos, vidéos, status, citations, musique..) et l’agrégation que sur la publication et le maintien d’un flux constant de contenus et d’idées.

Il n’est pas question ici de prédire la mort/fin des blogs mais plutôt de constater l’évolution du principe même de partage/publication de contenus et d’échanges avec sa commuanuté/contacts qui a pas mal été chamboulé surtout depuis l’explosion de services comme Twitter & Facebook.

PS: En parlant de Tumblr, le service vient de lancer récemment une fonctionnalité intéressante permettant justement de transformer la publication de contenu “classique” en un process plus participatif (voir des exp. comme Eat Sleep Draw, This is why you’re fat ou encore Cute Overload qui permettent à la communauté de lecteurs de collaborer à la vie du blog via leur participations photos/textes…). Cette fonctionnalité est directement accessible via votre dashboard au sein de l’onglet “Advanced”

By: Aziz Haddad

Les ados : prêts à payer pour les jeux en ligne

L'ancien président international de Vivendi Universal Games, Christophe Ramboz, et le fondateur du studio Coktel à l'origine des jeux ludo-éducatifs Adibou, Roland Oskian, viennent de lancer un monde permanent sur Internet destiné aux enfants.

Ici, pas de trolls ou de bataille épique. « Le Monde de Boaki », l'un des rares mondes permanents sur Internet pour les enfants de 6 à 12 ans, vient d'être lancé en France. Avec deux parrains : Roland Oskian, fondateur du studio Coktel, ancienne filiale de Havas à l'origine des jeux ludo-éducatifs « Adi » et « Adibou », et Chistophe Ramboz, ex-président international de Vivendi Universal Games. « Nous avons déjà plusieurs milliers de joueurs, explique ce dernier. Après avoir créé son avatar, le joueur peut gagner six premières étoiles au terme de différentes épreuves à résoudre seul ou avec d'autres membres. Pour aller au-delà, l'enfant doit s'abonner en payant 4,95 euros par mois. »

En développement depuis six ans, cet univers en 3D mêle jeux de réflexion, de stratégie et de découverte. Les jeunes joueurs sont encouragés à coopérer entre eux pour progresser plus facilement. Une équipe de modérateurs s'assure du bon comportement des utilisateurs et les sessions de jeu sont limitées dans le temps.

Intérêt des groupes de médias

Loin des univers de combat tels que « World of Warcraft », ce type d'univers permanent pour enfants mélangeant accès gratuit et zone payante suscite l'intérêt des groupes de médias depuis quelque temps. En 2007, le groupe Disney a acheté pour 350 millions de dollars le monde virtuel de « Club Penguin », qui comptait alors quelque 700.000 abonnés payants. Ce monde virtuel de glace dans lequel un pingouin en rencontre d'autres est un site de socialisation.

Plus récemment, Sony Online Entertainment a ouvert en avril son monde virtuel « FreeRealms », qui compte déjà plus de 4 millions d'utilisateurs au bout de trois mois d'existence.

En France, le groupe M6 s'est allié avec le finlandais Sulake, à l'origine du jeu « Habbo Hotel » destiné aux 13-16 ans. Gratuit, ce jeu sur Internet propose aux utilisateurs d'explorer un hôtel virtuel en compagnie d'autres Habbos avec lesquels discuter. Les utilisateurs paient, s'ils le souhaitent, pour décorer leur chambre virtuelle. Plus de 9 millions d'internautes français s'y seraient déjà inscrits.

Ce genre de jeu doit rapidement atteindre une taille critique pour stabiliser son modèle économique. « Pour cela, nous cherchons à nouer quatre ou cinq partenariats forts d'ici à la rentrée de septembre », indique Christophe Ramboz.

Source : E. P., Les Echo

mercredi 22 juillet 2009

Facebook : une croissance exponentielle

250 millions d'individus. À peu de chose près le nombre d'habitants de l'Allemagne, de la France, du Royaume-Uni et de l'Espagne réunis. C'est le nombre d'utilisateurs que recense Facebook depuis le 15 juillet. Le site communautaire le plus célèbre au monde permet aux utilisateurs inscrits de retrouver d'autres usagers et de partager des photos ou encore de s'envoyer des messages. Mark Zuckerberg, le dirigeant et co-fondateur de ce réseau social, se réjouit de son succès. Et il y a de quoi.

Il y a 5 ans, le Web 2.0, fondé sur l'interactivité, n'en était qu'à ses balbutiements. Facebook prend naissance dans un dortoir de l'université d'Harvard, près de Boston, sur la côte est des Etats-Unis en février 2004. Pour les étudiants Mark Zuckerberg, Dustin Moskovitz, Chris Hughes et Eduardo Saverin, les fondateurs du site, il s'agit de permettre à leurs camarades du campus de partager des données. Un mois plus tard, Facebook s'étend à d'autres universités américaines avant de s'implanter dans le nord de la Silicon Valley, en Californie. Progressivement, le réseau s'élargit aux lycées, puis aux grandes entreprises américaines. Et en 2006, Facebook s'ouvre au monde entier.

Le succès est croissant et suit le tracé d'une courbe exponentielle. Le réseau compte 20 millions d'utilisateurs en avril 2007. Ils sont 200 millions deux ans plus tard. D'avril à juillet 2009, le site communautaire gagne 50 millions d'utilisateurs dans le monde. Selon Médiamétrie, le site arrive au septième rang des sites les plus visités en France en mai 2009, derrière Yahoo!, mais devant Pages Jaunes, l'encyclopédie Wikipedia et le site de vidéos en ligne YouTube.

Depuis sa création, le contenu est enrichi par de nouvelles applications : mise en place des groupes qui réunissent les utilisateurs par centres d'intérêt, possibilité de mettre des photos en ligne, lancement du "Wall" permettant de laisser des messages sur le profil d'autres utilisateurs et création d'un "chat" où deux utilisateurs peuvent dialoguer en ligne de façon instantanée.

Mark Zuckerberg voit dans la réussite du réseau qu'il a co-fondé une marque de la modernité. Lors d'une déclaration aux usagers de Facebook en avril 2009, il fait l'apologie du site communautaire : "Créer des liens entre les gens fait avancer le monde et le rend meilleur. Barack Obama comme Nicolas Sarkozy ont tous deux utilisé Facebook comme un moyen d'organiser leurs soutiens."

Grâce à l'importance de son audience et aux données personnelles qu'il collecte sur les utilisateurs, le réseau social est aussi un outil marketing. Les conditions d'utilisation précisent que tous les contenus mis en ligne par les utilisateurs peuvent être utilisés par Facebook à des fins publicitaires. Le leader des sites communautaires propose aux annonceurs qui souhaitent lancer une campagne promotionnelle sur le site de cibler les clients potentiels au moyen des informations que ceux-ci fournissent.

Fort de son succès, le réseau social est l'objet de convoitises. Lundi 13 juillet, son partenaire russe Digital Sky Technologies a ainsi offert de racheter des actions des employés de Facebook à hauteur de 100 millions de dollars, lui permettant à terme de détenir 3,5% des parts du site. Cette proposition valorise Facebook à près de 6,5 milliards de dollars (4,65 milliards d'euros), mais on est loin de l'offre de Microsoft à l'automne 2007. À l'époque, le géant des systèmes d'exploitation avait dépensé 240 millions de dollars pour 1,6% des actions, soit une valorisation de 15 milliards de dollars.

La crise économique est passée par là, mais les réactionss des utilisateurs aussi ont tiré vers le bas la valeur marchande de Facebook. Selon des études de marché, l'irruption d'annonceurs déplaît aux internautes. Une controverse avait d'ailleurs éclaté en février 2009 : Facebook avait modifié les conditions d'utilisation en s'arrogeant une licence à vie sur tous les contenus des usagers du service. Devant la levée de boucliers des internautes, les dirigeants du site ont fait marche arrière en avisant les utilisateurs que la "licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte".

De surcroît, ils sont de plus en plus nombreux à accéder au site depuis leur téléphone portable, un appareil qu'ils considèrent appartenir à leur sphère personnelle d'où la réclame est bannie. Le site communautaire est loin d'être aussi rentable que le moteur de recherche Google et les revenus qu'il génère grâce à la publicité restent faibles alors même qu'il voit le nombre de ses usagers croître de façon constante..

Pour l'heure, Facebook s'efforce de définir un business model qui lui permettrait d'être économiquement viable. Et tente de résister à la progression galopante de Twitter, plus simple d'utilisation et plus maniable, en proposant lui aussi une interface de micro-blogging. L'année dernière, il a également tenté de racheter Twitter pour 500 millions de dollars. La rivalité entre les deux plates-formes n'a pourtant pas de raison d'exister. Sur Internet, Facebook relève du portail avec une vaste gamme d'usages et d'applications, là où Twitter se contente du créneau des SMS en offrant aux 'twitterers' la possibilité d'échanger des messages de 140 caractères maximum et des photos. Dans la mesure où ils s'adressent au même public, les deux réseaux sont complémentaires. Et affichent des ambitions similaires : Facebook espère atteindre bientôt le demi-million d'utilisateurs. Du côté de Twitter, on mise sur le milliard d'ici 2013.

Source : J. M., Les Echos

Nombre d'internautes dans le monde : 1,5 Mds en 2009, +45% dans les 5 prochaines années

La société d'études estime qu'en 2008, 1,5 milliard de personnes dans le monde avaient accès à Internet. Ce chiffre devrait passer à 2,2 milliards d'ici à 2013. Mais en réalité, la croissance varie d'une zone géographique à l'autre, entre pays développés et pays en développement.

Aujourd'hui, la zone Asie-Pacifique-Océanie tient le haut de l'affiche avec 560,2 millions d'internautes, devant l'Europe (380,7 millions), puis l'Amérique du Nord (246,1 millions), l'Amérique latine (157,1 millions) et enfin l'Afrique, le Moyen-Orient (111,1 millions). " Alors que les dépenses des consommateurs dans la plupart des pays du monde ont baissé à cause de la crise, de plus en plus de consommateurs se connectent à Internet chaque année ", indique dans son rapport l'analyste Zia Daniell Wigder.

La croissance outre-Atlantique et en Europe va se ralentir au cours des cinq prochaines années tandis que l'Asie va poursuivre son expansion. Du coup, l'Amérique du Nord ne représentera plus que 13 % de la population mondiale connectée en 2013, contre 17 % en 2008. De même, l'Europe n'abritera plus que 22 % des internautes contre 26 % aujourd'hui. Ces deux zones géographiques vont connaître une hausse limitée du nombre de personnes connectées à Internet car le taux de pénétration de cette technologie dépasse déjà les 60 %. La croissance attendue est donc moins forte que par le passé. Elle sera seulement de 3 % par an en Amérique du Nord et peut chuter jusqu'à 1 à 2 % de croissance annuelle pour certains pays européens tels que la Suède ou le Danemark. " Les taux de croissance dans des pays d'Europe du Nord où Internet est déjà très présent seront les plus bas au monde ", souligne le rapport.

Explosion du marché chinois

Dans le même temps la zone Asie, Océanie va renforcer sa position de leader mondial passant de 38 % aujourd'hui à 43 % des internautes connectés en 2013. Une progression essentiellement portée par l'explosion du marché chinois où seulement 16 % de la population accède à Internet, soit 209,1 millions de personnes. Ce chiffre devrait passer à 27 % en 2013.

Comparativement, la croissance dans la Vieille Europe se tasse. Cinq pays (France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie et Espagne) représentent près de la moitié des internautes européens. Dans l'Hexagone, le nombre de personnes connectées était de 37,2 millions en 2008, soit 60 % de la population et devrait atteindre 45,9 millions en 2013, soit 73 %. La France se trouve derrière l'Allemagne avec 68 % de sa population connectée et le Royaume-Uni avec 69 %. Mais devant l'Espagne et l'Italie.


Amazon efface des livres sur les Kindle de ses clients

La société Amazon a provoqué la colère de ses utilisateurs après avoir effacé sur le Kindle deux livres de George Orwell régulièrement achetés... mais mis en vente par une société qui n'en possédait pas les droits.

Le mea culpa suffira-t-il pour Amazon ? Le libraire en ligne a en effet provoqué un tollé vendredi dernier en décidant de détruire sans préavis deux livres pourtant légitimement téléchargés par des possesseurs du Kindle, son livre électronique. Comble de l'histoire, les deux livres victimes de cette censure n'étaient autres que « 1984 » et « La ferme des animaux » de Georges Orwell. Amazon avait dans un premier temps justifié sa décision pour une question de droits d'auteur. Mobile Reference, la société qui a mis ces livres à disposition, ne possédait pas les droits pour les commercialiser aux Etats-Unis.

« Nous sommes en train de changer notre système pour ne pas supprimer les livres de nos utilisateurs dans les mêmes circonstances dans le futur », a annoncé Drew Herdener, un porte-parole de la firme américaine. Le site de vente en ligne a également remboursé ses clients lésés (99 dollars pour la ferme des animaux, par exemple) mais ces derniers n'entendent pas en rester là. Ils ont créé un sujet de discussion sur le forum officiel d'Amazon baptisé « Mysterious George Orwell refunds », afin d'échanger sur ce nouveau type de censure commerciale et technique. Car celle ci n'est pas une première: des titres d'Harry Potter ont déjà disparu d'un coup de baguette magique. Parmi les solutions envisagées pour l'empêcher, un utilisateur propose de stocker les oeuvres sur un ordinateur à l'abri des ciseaux d'Amazon. Là encore un comble alors qu'un des gros avantages du Kindle sur ses concurrents est de pouvoir télécharger directement des livres sans passer par un PC.

Source: L'expansion, 20/07/09

Ning a levé 119 millions de dollars en 5 ans, dont 15 millions ce mois-ci!

Do-it-yourself social network Ning has added another $15 million to its coffers from LightSpeed Venture Partners, the company has confirmed to us. This brings the total capital raised to $119 million. Its other investors include Allen & Co., Legg Mason, chairman and co-founder Marc Andreessen, and Reid Hoffman.

Ning offers a counterpoint to the uniformity of Facebook, allowing anyone to create their own social network customized to their particular interest or social group. Earlier this year, Ning passed one million social networks created (it is now up to 1.3 million), but the key is how many of those are active and how many people they attract. In the U.S., unique visitors actually declined 10 percent from May, 2009 to June, 2009, according to comScore. Ning had 5.1 million visitors in the U.S. in June (its worldwide audience is about three times as large).

The company attributes the decline to “some downtime in June as we expand and optimize our infrastructure to support the growth that we are expecting in the next 12 months.” Ning says it is adding 4,000 new Ning Networks every day and one million registered users every 15 days.

One month hardly makes a trend, but Ning’s fragmented approach to social networks has yet to catch on in the way that Facebook’s monolithic strategy has in terms of activity or pure audience reach across the network. Back in April 2008, Ning had a half-billion dollar valuation, and now it’s supposedly $750 million. That is getting close to the inflated level Bebo was able to sell itself for, which we now know was too high. And Bebo still has more people using its product. (Even in the U.S., it had 8.7 million unique visitors in June).

Ning has been getting its act together, though. Back in December, it expelled adult networks from Ning because they aren’t advertiser-friendly. And that worked out well for them.

More recently, Ning has been working hard to make its social networks compatible with OpenSocial apps. That effort is going much slower than expected. A public launch was delayed last month because of performance issues with the Ning Apps platform, says one developer who is part of the program.

Maybe the new cash will help speed things along.

Source : Techcrunch

lundi 20 juillet 2009

Comment monétiser son site sur un mode "participatif"?

1-Installez un widget sur votre site;
2-Diffusez sur votre site les bannières des membres d'une communauté identique à la vôtre;
3-Gagnez des crédits via cette diffusion;
4-Et diffusez à votre tour vos bannières sur leurs sites...
Malin! L'audience passe d'un site à l'autre tout en restant sur la même thématique, l'utilisateur nourrit sa communauté, qui le nourrit.

Voici un concept d'ensemble de réseaux d'échanges de bannières qui permet de faire découvrir un site, un blog, d'en augmenter le trafic (a priori), l'audience et la notoriété. Et point important: les échanges sont ciblés.
Le réseau se nomme WidgetBooster. La petite BD explicative est assez sympa:

Bémol: Il faudra voir si l'effet de taille ne nuit pas au cumul de crédits des petits sites/blogs.

vendredi 17 juillet 2009

Searchme Ad ouvre les moteurs de recherche à la publicité multimédia

En adaptant sa plate-forme au marketing par les systèmes de requête, Searchme améliore par l'image le taux de conversion de la publicité.
Publié le 19 Juin 2009
Searchme Ad moteur de recherche

Le moteur de recherche visuel Searchme a développé un service de publicité qui offre aux annonceurs un outil de promotion de leurs produits, logiquement basé sur l'image. À l'instar de Google Adword, il fonctionne avec l'achat de mots-clefs. Mais alors qu'Adwords affiche des liens cliquables lors après la requête de l'internaute, Searchme Ad Platform publie l'intégralité d'une page web. Par exemple pour une requête sur des livres, des liens vers des sites de bouquinistes apparaissent. Ces pages sponsorisées sont intercalées entre les résultats réels liés à la requête de l'utilisateur.

Un engagement plus important

L'avantage du système est que les marques peuvent jouer sur de nombreux tableaux : elles peuvent mettre dans leurs pages des vidéos, des animations, de la musique... et même du texte. Les internautes voient le rendu de l'ensemble de la page web/publicité avant de cliquer dessus, ce qui d'après les concepteurs du service doit améliorer les taux de conversion. Le désavantage est que cela force les marques et leurs agences de publicité à éventuellement revoir la mise en page de leurs sites.

L'image mise en avant

Ce, afin qu'elles forment un ensemble de communication cohérent."Avec Searchme avons fusionné les éléments de publicité de marque et par mot-clé, tout en aidant le consommateur à savoir ce qui l'attend avant qu'il ne parte sur la page de la publicité" explique John Galatea, vice-président vente et marketing du moteur d'indexation. La solution d'achat d'espace semble avoir séduit les agences de communication. Si près de vingt ont participé à la création de la version bêta, plus de six cents ont déjà postulé pour utiliser cet outil.

Source: L'atelier

jeudi 16 juillet 2009

SocialROI se lance dans le tweet sponsorisé

L'entreprise propose aux professionnels de la communication ou du marketing de soumettre des messages publicitaires aux utilisateurs de Twitter. Et de rémunérer ceux qui acceptent de les transmettre.

Publié le 09 Juillet 2009

Pour éviter aux entreprises de perdre du temps en se constituant leur propre réseau sur Twitter, TweetROI propose de se servir de celui des utilisateurs déjà influents sur le site de micro-blogging. Comment ? Les responsables marketing ou de communication indiquent sur le site le message précis qu'ils souhaitent faire passer et, si besoin, le lien Internet correspondant. Ils peuvent également déterminer les conditions dans lesquelles ils souhaitent que les tweets soient effectués : nombre, fréquence, niveau d'influence minimal de l'utilisateur qui postera l'information... Les membres de Twitter inscrits sur TweetROI accèdent sur la plate-forme à la liste des tous les messages proposés par les entreprises. S'ils répondent aux critères décrits, ils peuvent alors réécrire dans leurs propres mots et transmettre à leur communauté l'un des messages.

Un parallèle avec les blogs

Certains utilisateurs de Twitter ont déjà l'habitude de poster des communiqués de presse à l'attention de leurs followers.Mais en le faisant par TweetROI, ils sont rémunérés via un compte Paypal. Pour Laurent Laforge, président de l'agence interactive Modedemploi, l'initiative est intéressante, mais pour certains secteurs seulement, comme celui de l'événementiel. Ce dernier ne nécessitant pas la mise en place d'une communauté. "Or il me semble que la bonne solution pour une entreprise est de créer une e-communauté durable", explique-t-il à L'Atelier. Et d'expliquer qu'il est nécessaire de créer un climat de confiance, afin d'entamer un véritable dialogue avec ses interlocuteurs, qui deviendront alors peut-être des prescripteurs.

Rester authentique

Autre bémol selon lui : "La plupart des utilisateurs de Twitter sont des blogueurs. On peut effectuer un parallèle entre le fonctionnement de TweetROI et les billets sponsorisés". Or, si les entreprises réussissent à convaincre certains blogueurs de diffuser leurs messages, ces derniers restent en général plutôt réticents. "Soit les internautes copient et collent le communiqué de presse, soit ils trouvent d'autres moyens pour en réduire l'importance, par exemple en antidatant le message, ce qui le fait descendre dans la page", note Laurent Laforge. Pour Twitter, ils risquent d'être d'autant plus réticents que la limitation du nombre de caractère constitue un obstacle à toute véritable reformulation. "Si les billets sponsorisés des blogs peuvent être très personnalisés, ce n'est pas le cas pour Twitter : la marge de manœuvre est très limitée".

Source: L'Atelier

mercredi 15 juillet 2009

App store : 1 an d'existence, 65.000 applis, 1,5 milliards de téléchargements....!!!!!

C'est ce qui s'appelle fêter son anniversaire en beauté. Apple a annoncé hier que les utilisateurs de son App Store avaient téléchargé plus de 1,5 milliard d'applications depuis l'ouverture il y a tout juste un an de cette boutique virtuelle permettant d'accéder à toutes sortes de petits logiciels (actualité, météo, jeux vidéo, bureautique) d'un simple toucher du doigt sur l'écran de son mobile iPhone ou de son baladeur iPod Touch.

La demande du public pour ces petites applications, dont les plus populaires sont gratuites, ne fait donc que s'accélérer : il avait fallu neuf mois à l'App Store pour franchir le cap du milliard d'applications téléchargées.

Cette boutique virtuelle grossit de manière exponentielle : plus de 65.000 logiciels sont désormais disponibles, contre à peine 500 lors de l'ouverture de l'App Store. Au total, ce sont désormais 100.000 développeurs qui conçoivent ces applications.

L'App Store est désormais disponible dans 77 pays sur les quelque 40 millions d'iPhone ou d'iPod Touch vendus par le constructeur californien. « Avec 1,5 milliard d'applications téléchargées, cela va être très dur pour les autres de nous rattraper », ironise Steve Jobs, le patron d'Apple. Ce n'est pourtant pas faute d'essayer. Nokia, RIM (le fabricant du BlackBerry), Samsung, LG... tous les grands noms du mobile viennent, eux aussi, d'ouvrir leur propre boutique de téléchargement dans l'espoir de rencontrer le même succès qu'Apple. Même des opérateurs comme Orange ou Vodafone s'y mettent, soucieux de capter une partie des revenus liée au développement de l'Internet mobile.

Source : Les Echos

La révolution apportée par l'ipod

Le lecteur de musique numérique est le succès commercial le plus emblématique du fabricant d'ordinateurs Apple. Avec plus de 210 millions d'unités vendues dans le monde, il a bouleversé notre rapport à la musique.Le lecteur de musique numérique est le succès commercial le plus emblématique du fabricant d'ordinateurs Apple. Avec plus de 210 millions d'unités vendues dans le monde, il a bouleversé notre rapport à la musique.


Lorsque l'iPod, le lecteur de musique numérique d'Apple, a été enfin mûr pour sa commercialisation en 2001, Ben Knauss a jugé que le temps était venu de tirer sa révérence. Ingénieur informatique chez PortalPlayer, un partenaire essentiel d'Apple impliqué à un haut niveau dans le processus de développement de l'iPod, il doutait des chances de succès du projet. « C'était sans doute une erreur », admet-il. Il n'est pas le seul à s'être mépris sur l'impact du lecteur de musique numérique sorti des cartons d'Apple le 23 octobre 2001. Doté d'une roue de navigation
incongrue et vendu au prix exorbitant de 400 dollars, l'iPod a d'abord suscité la perplexité du public et des analystes. Depuis son retour aux commandes d'Apple, en 1997, le fondateur, Steve Jobs, avait certes remis de l'ordre dans les affaires de la marque à la pomme. Mais comment interpréter ce virage vers la musique, alors que tant restait à faire pour accroître sa part du marché des ordinateurs personnels, son coeur de métier ?

Pour une partie de la Silicon Valley, la vision prophétique de la métamorphose d'Apple revient à Tony Fadell, alors jeune designer d'appareils mobiles. « Ce projet-là va refaçonner Apple. Dans dix ans, ils seront une société de musique et pas une société informatique », a-t-il déclaré au moment où le développement de l'iPod débutait à peine. Avant de rejoindre Apple en 2001, Tony Fadell était employé chez General Magic, puis a rejoint Philips. Il s'était mis à son compte dans l'espoir de convaincre un acteur de l'industrie de développer un petit lecteur de musique conçu autour d'un disque dur et d'un service de vente de musique sur Internet. Ni Real Networks ni Philips n'ont mordu à l'hameçon. Mais c'était précisément l'opportunité qu'Apple recherchait.

Développement en six mois

Au sein d'Apple, on soutient évidemment que l'iPod, c'est une affaire maison. Il est vrai que la société avait commencé à s'intéresser de près à la musique. Le succès spectaculaire du service gratuit d'échange de morceaux Napster venait de créer une véritable fièvre autour de la numérisation de la musique. En 2000, Apple rachetait SoundJam MP, un logiciel audio spécialement conçu pour le Mac, et planchait sur une application permettant à l'utilisateur d'organiser sa collection musicale sur son ordinateur. La première version d'iTunes étant lancée en janvier 2001.

Parallèlement, Apple cherchait à enrichir son offre de produits de gadgets grand public fonctionnant avec le Mac. La société a finalement jeté son dévolu sur les lecteurs de musique numérique, où d'énormes progrès restaient à faire. Le recours quasi systématique des fabricants à la technologie de la mémoire flash conduisait à des produits encombrants et peu pratiques, ou minuscules avec des fonctions limitées. En février 2001, Apple découvre chez Toshiba un disque dur d'à peine 4,5 centimètres de diamètre. Si l'industriel est indécis quant à son usage, Apple a tôt fait de comprendre que c'est la brique technologique qui manquait pour se lancer à l'assaut de ce nouveau marché. Dans la foulée, Apple recrute Tony Fadell comme consultant puis le bombarde, deux mois plus tard, chef d'une équipe de trente ingénieurs. Objectif : développer l'iPod en six mois. Car le temps est compté. Steve Jobs veut surprendre le public juste à temps pour les fêtes de fin d'année.

Aucun concurrent sérieux

Plus de 210 millions d'iPod ont été vendus depuis. Aux Etats-Unis, le lecteur numérique d'Apple représente 90 % du marché des lecteurs à disque dur et plus de 70 % du marché des lecteurs toutes technologies confondues. Décliné en plusieurs versions, enrichi d'une fonctionnalité vidéo, l'iPod est devenu une source majeure de revenus pour Apple. Il reste singulièrement dénué de concurrents sérieux. Ni Sony, qui vient de fêter le trentième anniversaire du Walkman, ni Microsoft, avec son appareil Zune, ne sont parvenus à trouver leur place face au succès de l'iPod.

En tandem avec la boutique en ligne iTunes Music Store, l'iPod a surtout permis de convaincre l'industrie de la musique et Hollywood de la validité du modèle de vente de contenu sur Internet. A tel point qu'Apple a annoncé, en début d'année, l'abandon du système de verrouillage des fichiers de musique exigé jusqu'ici par les labels pour empêcher la distribution illégale de leur contenu.

mercredi 8 juillet 2009

« Innover, c'est faire du neuf dans le système. Etre créatif, c'est penser à un système neuf. »

Luc de Brabandère, directeur associé du Boston Consulting Group, a dispensé un cours magistral au public de l'Université du SI sur le distinguo entre innovation et créativité. Il explique que pour faire germer et recevoir des idées, il faut créer un environnement favorable à leur floraison, bref changer notre perception des choses.

Nous vous invitons à retrouver son témoignage sur :

Google lâche une bombe atomique sur Microsoft: Chrome OS

Les rumeurs couraient depuis un certain temps… cela vient de se confirmait et ca va faire du bruit: Google lancera à la mi 2010 son propre système d’exploitation Google Chrome OS. Un système conçu pour fonctionner sur les netbooks avant tout.” C’est pour nous une tentative de repenser ce qu’un système d’exploitation devrait être“, Google annonçait hier soir sur son blog.

Soyons clairs: cette annonce est une véritable bombe atomique lâchée directement sur la tête de Microsoft. Un coup de maître même avec un timing diabolique; de plus en plus de personnes achètent de Netbooks qui tournent sous Windows XP; ce meme XP déjà vieux de 8 ans et qui fut conçu pour fonctionner parfaitement avec les Pentium 3 et 4. Google Chrome OS est construit pour tourner sur les puces x86 et ARM, celles de plus en plus fréquentes sur Netbooks. Il semble évident que ce système sera très léger et aussi rapide que le navigateur web et….”Open source”.

Google écrit: Nous avons beaucoup de travail et nous aurons besoin de toute la communauté Open Source“.

Google affirme d’autre part que l’architecture du logiciel sera en fait ” le navigateur web qui y tournera a l’intérieur d’un système de fenêtres par dessus Linux Kernel“. En d’autres mots c’est la fois un navigateur web et un système d’exploitation. Et les développeurs pourront développer comme ils le feraient pour le web. Ce qui n’est pas encore bien clair c’est pour quoi créer un nouvel OS en plus d’Android?

Chrome OS sera tourné vers les applications web et nul doute que HTML 5 aura une place de choix. Google a l’intention de publier le code pour Chrome OS à la fin de l’année pour le lancement prevu l’an prochain. Ne soyez pas surpris si cette publication parvient au moment de la sortie de Window 7. La balle est dans le camp de Microsoft.

Source: Techcrunch

mardi 7 juillet 2009

Des pépites dans des mares d'innovation

Parmi toutes les nouveautés qu'on veut voir, qu'elles soient technologiques ou business (qui ne sont pas des moindres), il est des innovations incrémentales et d'autres de rupture. Les distinguer est toujours plus aisé a posteriori...

La découverte des chercheurs Byoungwoo Kang et Gerbrand Ceder du Massachusetts Institute of Technology (MIT) font à notre sens partie de cette deuxième catégorie. Il s'agit d'un procédé permettant d'accélérer le transit des ions et des électrons de l'anode à la cathode dans une batterie Li-ion, autrement dit de réduire considérablement le temps de charge (ex. 20 secondes pour un portable).

Les commentateurs ont relayé cette découverte en pointant du doigt son côté pratique pour l'utilisateur de cellulaire ou notebook. A notre sens, avérée, elle aurait une grande portée business et contribuerait à redistribuer certains avantages compétitifs.

A titre d'illustration :
  • En utilisation mobile, on peut tolérer une autonomie moindre du moment que le temps de charge est réduit et la disponibilité des points de recharge importante. Outre le confort de charge, cela pourrait donc amener à une plus grande miniaturisation des usages mobiles.
  • Les voitures électriques sont notamment limitées par leur autonomie et leur temps de charge (une minute par kilomètre); d'où l'idée déjà bien avancée de mini-stations de remplacement de batterie par Betteplace, start-up israélo-américaine basée dans la Silicon Valley. Or avec un temps de charge réduit, le business model de Betterplace est ébranlé puisque de nombreux acteurs (restaurants d'aire d'autoroute, etc.) pourraient devenir "station service de recharge".
  • ...