mercredi 2 juin 2010

UE : NOUVELLE STRATÉGIE DE RECHERCHE ET D’INNOVATION

Maire Geoghegan-Quinn, commissaire européenne à la recherche, à l’innovation et à la science. © Commission européenne
La nouvelle stratégie européenne de recherche et d’innovation de l’UE devrait notamment encourager la recherche et l’innovation, ainsi que les partenariats stratégiques sur les enjeux sociétaux (e-santé, construction durable, produits biologiques, énergies renouvelables), mais aussi favoriser la prise en compte de l’innovation non technologique et l’émergence d’un marché unique de la recherche et de l’innovation.
Recadrage de la recherche et de l’innovation sur les défis sociétaux (changement climatique, efficacité énergétique, santé, vieillissement de la population), prise en compte de l’innovation non technologique (organisation, services design, marketing) et émergence d’un marché unique de la recherche et de l’innovation : Maire Geoghegan-Quinn, commissaire européenne à la recherche, à l’innovation et à la science, a profité de la conférence sur les Plateformes technologiques européennes (ETP) pour présenter les grandes lignes de la nouvelle stratégie européenne de recherche et d’innovation de l’UE.

La recherche et l’innovation : un des sept piliers de la stratégie « UE 2020 »

Parmi les mesures qui pourraient être engagées dans le cadre de la stratégie « UE 2020 », la Commissaire a également évoqué la mise en place d’un brevet communautaire, mais aussi des mesures en faveur de la mobilité des chercheurs. La collaboration sera également encourager à travers les instruments existants : Partenariats publics-privés (PPP), initiatives technologiques conjointes (JTI) ou encore les marchés d’initiatives porteurs (« lead markets initiatives »).
Côté financement, Maire Geoghegan-Quinn a rappelé la volonté de la Commission de simplifier les instruments de financements. Le 28 mai dernier, la Commission a d’ailleurs adopté une série de mesures en ce sens : réduction des formalités administratives ou possibilités de combiner financements publics et financements privés. « À court terme, des solutions simples, comme la suppression de l’obligation d’ouvrir des comptes bancaires distincts et de reverser les intérêts perçus sur les paiements d’avances, allégeront la charge administrative des bénéficiaires concernés. À plus long terme, nous voulons que les financements de l’UE ne soient plus de simples remboursements de factures mais qu’ils constituent une récompense pour les résultats obtenus » a précisé Janusz Lewandowski, membre de la Commission européenne chargé de la programmation financière et du budget, le 28 mai. Ces mesures devraient être effectives dès 2013 pour la nouvelle génération de programmes de l’UE.

SOURCE : Innovation Le Journal

Aucun commentaire:

Publier un commentaire